Green Insight for positive impact

Ce site présente des ressources bibliographiques, sous divers formats, qui éclairent les interactions entre écologie et économie. Ces ressources ont largement inspirés mon livre et mes conférences.

Du besoin de discernement écologique…

Economie et écologie sont souvent opposées, voire présentées comme incompatibles entre elles. Un peu comme boire ou conduire, il faudrait absolument choisir! Mais cette idée reçue ne résiste pas à l’analyse.

Si l’on commence pour une analyse étymologique, économie vient du grec ancien oikonomia de oikos+nomos, tandis qu’écologie de oikos+logos. Oikos désigne la maison, l’habitat, nomos désigne la loi ou l’art de bien gérer et logos désigne la science ou les paroles (logia). Les deux mots sont donc très proches : économie désigne l’art de bien gérer sa maison et ses biens, alors que l’écologie désigne la science de l’habitat, au sens des milieux qui abritent les êtres vivants. Ainsi l’économie appliquée au périmètre de la biosphère est l’art de bien gérer son habitat planétaire, à la lumière de la science, à savoir l’écologie. Les deux mots sont donc des alliés naturels, car pour durer l’économie a besoin de l’écologie et pour exister l’écologie a besoin de forces vives nourries par l’économie.

Pourtant, économie et écologie font référence à des univers bien différents. D’un côté, le monde des économistes, des affaires et de l’argent, de l’autre, les écosystèmes, la biodiversité et les cycles naturels. Il est vrai que performances économiques et écologiques sont le plus souvent très largement décorrélées : elles s’ignorent l’une l’autre dans un monde globalement a-écologique.

A long terme cependant, l’économie et plus largement la société ne peuvent pas vivre « hors sol » sans un environnement naturel planétaire stable et résilient. C’est également vrai à moyen et à court termes, en particulier au niveau local : sans un environnement sain et résilient, pas de société humaine, ni d’économie.

En fait, économie et écologie sont en interface permanente, y compris ici et maintenant dans notre quotidien, et y compris dans le domaine très concret de l’économie qu’est la finance. Pour cerner et discerner cette interface, nous avons besoin de changer de lunettes en adoptant une lecture physique de notre monde, de nos modes de vie et de nos modèles économiques. Bref, nous avons besoin de discernement écologique ou green insight® en anglais.

Jean-Guillaume Péladan,

auteur de « Sur quelle planète vont grandir mes enfants? » et président de Green Insight SAS.

Photo d’Albert Shih avec l’aimable autorisation de l’artiste : Gröenland 2015.